17 mai

Henriette Valium visite guidée exposition

17 mai, 17h – 18:30h
Exposition : jusqu’au 29 mai
Maison de la culture Janine Sutto
2550, rue Ontario Est
Gratuit

Visite guidéé de l’exposition de Henriette Valium en présence de deux collaborateurs de longue date de l’artiste, Marc Tessier et Louis Rastelli.

La maison de la culture Janine-Sutto est fière de présenter une immersion dans l’univers amphigourique de l’artiste pluridisciplinaire Henriette Valium. Art imprié, bande dessinée, vidéo, musique et tableaux se côtoient à l’occasion de l’exposition Habuimus papam – Nous avions un pape, un corpus d’œuvres de cet artiste hors normes qui nous a quitté le 1er septembre 2021 et qui demeure, pour l’éternité, l’une des figures majeures de ce revigorant mouvement underground qui a émergé à Montréal dans les années 1980. Il a fait parti d’une table ronde sur l’art imprimé en 2016 lors du premier Festival des arts imprimés de Montréal, et a fait parti de quelques activités en autonome 2019 lors du festival Volume 2 MTL : L’art et le livre.

Outre l’influence marquée sur les générations qui lui succèdent, il laisse derrière lui une œuvre considérable, provocatrice et marginale, protéiforme et foisonnante, parfois énigmatique, exempte de tout compromis, qu’il poursuivait inexorablement depuis plus de quatre décennies, reflétant une intégrité que nous tenons à saluer. Valium connaissait ce doux et interminable labeur qu’exige l’art destiné à atteindre la folie des yeux.

Marc Tessier a débuté dans la bande dessinée en 1986 en publiant un an plus tard une première publication collective. En faisant le tour des publications d’artistes local intéressant, il découvrit Julie Doucet, Simon Bossé, Alexandre Lafleur et Henriette Valium. Julie Doucet et Valium furent les deux premières personnes qu’il approcha pour publier dans le numéro 2 de son collectif L’ORGANE (co-publié avec Stéphane Olivier). Le 25 février 1988, Il était au lancement du premier recueil de Valium, Mille rectums, c’t’un album Valium! C’est ainsi qu’il se retrouva quelques jours plus tard aux Foufounes Électriques dans le bureau de Valium pour lui demander une planche dans laquelle il intégra Gogo Guy, personnage emblématique de sa maison d’édition de l’époque. De par les années, Tessier garde un œil sur le travail de Valium, possédant tout ses premières publications sérigraphies et quelques originaux, pour finir par le publier plusieurs fois à partir de 2010 et jusqu’a un article et entrevue fleuve publié dans la revue TRIP en 2016.

Louis Rastelli est impliqué dans le milieu de la contre-culture, musique, fanzine et BD de Montréal depuis les années 80. Il a connu Henriette Valium en tant que membre intégral des sessions de Peinture en Direct aux Foufounes Éléctriques à la fin des années 80, et par la suite comme chanteur de Valium et les Dépressifs – ainsi comme artiste, bédéiste, collègue et ami. Il a publié Valium à quelques reprises entre 1997 et 2002 dans sa magazine Fish Piss, et l’a invité à participer aux festivals qu’il co-organise plusieurs fois donc très souvent à Expozine et lors du premier Festival des arts imprimés de Montréal en 2016. Il l’a réuni avec son collègue du Dernier Cri, Pakito Bolino, lors de la conférence Volume 2: L’art et le livre en 2019. Les collections de l’archive ARCMTL donc Rastelli est directeur ont fourni les publications incluses dans l’exposition.

Une co-production entre le Festival des arts imprimés de Montréal, le Festival de BD de Montréal et la Maison de la culture Janine Sutto. Commis d’exposition : Silvia Gerome, avec la contribution de publications des collections d’ARCMTL.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur tumblr
Partager sur email